Gurrumul – nouvel album « The Gospel Album » – sortie prochainement

GURRUMUL – THE GOSPEL ALBUM

Une fabuleuse collection de chansons gospel

« The Gospel Album » troisième album studio de Geoffrey Gurrumul Yunupingu, artiste indigène considéré comme la plus grande voix de l’Australie, sortira prochainement. Cette nouvelle collection de 10 chansons lui a été inspirée par sa mère et ses tantes, qui l’ont élevé au son des chants et des berceuses de l’église sur l’île d’Elcho.

Durant son enfance, Gurrumul n’a pas seulement été influencé par la musique traditionnelle de son clan : il l’a aussi été par le gospel qu’il entendait chanter tous les dimanches dans une église méthodiste. Dans The Gospel Album, il revisite les ‘spirituals’ apportés par les missionnaires chrétiens en terre d’Arnhem, au Nord-Est de l’Australie.

Fidèle à l’univers musical connu de ses fans, Gurrumul aborde d’une façon unique le gospel en l’imprégnant de sa culture indigène et en le mélangeant avec de nouveaux hymnes combinés à des réinventions des chants gospel issus de sa communauté. Produit par son collaborateur de longue date, Michael Hohnen de Skinnyfish Music, chaque titre s’inscrit dans la lignée des chants gospel des régions isolées du Territoire Nord en Australie. Michael et le groupe de musiciens ont joué avec les sensations, les styles, les genres et les arrangements pour produire un album littéralement époustouflant.

Gurrumul, qui considère la musique comme sa vie, se sent bien lorsqu’il est en studio, un lieu qui est aussi pour lui source d’inspiration et d’énergie. Fidèle à sa réputation, il signe avec « The Gospel Album » le digne successeur de « Gurrumul » et « Rrakala », ses deux précédents opus, certifiés disques de platine et sortis respectivement en 2009 et 2011.

Après les séances d’enregistrement de The Gospel Album, Gurrumul a enchaîné en avril et mai dernier avec cinq dates entre New York et la Californie, dont deux à la Nouvelle Orleans, qui ont été encensées dans la presse.

A propos de Gurrumul

Gurrumul a grandi au sein du clan Gumatj sur l’île d’Elcho, au large de la côte Nord Est de la terre d’Arnhem. Avec sa voix fragile mais d’une rare sensibilité il a conquis le public australien.  Dans ses chansons, cet aborigène parle d’identité, d’esprit et de connexion avec la terre et ses éléments mais aussi de ses ancêtres. Difficile de ne pas être ému par cette voix de contreténor et captivé par cette personnalité charismatique, qui suscitent de l’empathie et un sentiment d’apaisement, comme en témoigne son succès auprès du public en Australie et dans le reste du monde.

Dans une industrie musicale et médiatique vouée aux phénomènes de hype et de mode qui engendrent des projets jetables, Gurrumul s’est imposé comme un artiste à part qui ‘change votre manière de respirer’ (Brisbane Courier Mail, 2008) et change la façon dont les gens écoutent et s’intéressent à la culture Yolngu, rendue accessible avec un style musical occidental.

En 2009, ‘Gurrumul’, son premier album solo sorti au Royaume-Uni et en Europe, a été la meilleure vente de l’année en Europe dans la catégorie world music. En 2012, son successeur ‘Rrakala’ reçoit de multiples récompenses. Gurrumul est programmé dans la playlist de BBC Radio 2 ainsi que dans plusieurs émissions télévisées britanniques, telles que Later With Jools et BBC Breakfast, et dans des festivals comme Latitude et Womad. Sans oublier ses tournées en tête d’affiche au Royaume-Uni et en Europe.

Gurrumul chante en langage Yolngu. Aveugle de naissance, il joue de plusieurs instruments comme la batterie, les claviers et la guitare. Quoique gaucher il se sert d’une guitare de droitier. Parallèlement à ses projets solos, Gurrumul est également membre du Saltwater Band et fait aussi partie de Yothu Yindi.

Il s’est déjà produit devant la Reine d’Angleterre, le Président des Etats-Unis Barack Obama, le Prince Frederik et la Princesse Mary du Danemark. Il a également été l’un des deux artistes australiens présents à l’occasion du concert organisé en l’honneur du Jubilé de diamant de la Reine à Buckingham Palace, confirmant son statut de star internationale, récompensée de plusieurs ARIA dont le succès ne connait pas de frontières culturelles.

Lu dans la presse à propos de la récente tournée de Gurrumul en Amérique du Nord :

“Il y a quelque chose de prodigieusement apaisant dans la voix de Gurrumul, … Haut perchée et sereine, un peu fluette et avec un léger chevrotement, elle semble venir de loin, entonnant des mélodies comme des berceuses … Sa musique est tout aussi accessible qu’étrange. » Jon Pareles – New York Times

 « Bouleversant et superbe.” Paul de Revere – Billboard

« La souffrance transpire inévitablement de la voix de ce chanteur aveugle. Sur des titres plus lents, plus calmes il pousse sa voix au bout de ses limites dégageant une vague d’émotions tout aussi contemplatives que spirituelles ”.  Jennifer Odell – bestofneworleans.com

“La voix de Gurrumul – à la fois triste et enjouée, raffinée et dépouillée – n’a pas besoin du langage pour communiquer… La musique de Gurrumul est toute en délicatesse. Voilà un artiste qui mérite d’être surveillé de très près… Les chansons éthérées de Gurrumul, toute simples et profondément bouleversantes, sont uniques.” Todd A. Price – NOLA.com | The Times-Picayune

« En bougeant à peine de son siège, il dégage une telle présence, comme si elles (les chansons) émanaient d’un sanctuaire ou de n’importe quel lieu saint.” Mark Guarino – New Orleans Advocate